Hans Herren est le premier Suisse à recevoir le Prix Nobel alternatif.

Né en 1947 à Mühleberg (BE), Hans Herren grandit à Vouvry, plus précisément à Barges où son père est gérant d'une plantation de tabac. Après l'école d'agriculture, il poursuit des études d'entomologie à l'Ecole polytechnique fédérale de Zürich puis obtient un doctorat consacré à la lutte biologique contre les parasites en Engadine. Il se rend ensuite deux ans à Berkeley aux Etats-Unis et devient un spécialiste en lutte biologique de niveau mondial.

N'ayant pas envie de revenir en Suisse, il part, un peu à l'aventure, en Afrique.
Lorsqu'il arrive à l'Institut international d'agriculture tropicale au Nigeria en 1979, une grave menace pèse sur la sécurité alimentaire du continent. Un petit insecte, la cochenille du manioc, s'attaque à ce tubercule qui constitue la ressource alimentaire de base de 200 millions de personnes. Introduite par erreur en Afrique par des scientifique, ce ravageur ne possède pas d'ennemi naturel et prolifère à grande vitesse. Les insecticides sont peu efficaces contre l'insecte et sélectionner une variété de manioc résistante prendrait des années. Une solution doit être trouvée rapidement.

Puisque la cochenille est originaire d'Amérique latine, la réponse au problème se trouve là-bas. C'est au Paraguay que Hans Herren et son équipe découvrent une guêpe qui pond ses oeufs dans les cochenilles. Rapportée en Afrique, les essais donnent d'excellents résultats. Quelques mois après l'introduction de leur ennemi naturel, les populations de cochenilles s'effondrent pour se stabiliser à un faible niveau. La méthode est sans frais pour les agriculteurs et la population est sauvée de la famine.
Grâce à ce programme, Hans Herren remporte le Prix mondial de l'alimentation en 1995.

De 1994 à 2005, il dirige l'Institut international pour la recherche d'insectes à Nairobi au Kenya. En parallèle, Hans Herren crée la Fondation Biovision.
Depuis 2005, il préside le le Millenium Institute qui aide les gouvernements de pays en développement à mettre en œuvre des programmes durables.
La dotation d'environ Fr. 70'000.- du prix Nobel alternatif décerné à Hans Herren sera attribuée à des projets pilotes en Afrique, en particulier au Sénégal.

Création site web Infoteam